Polémique du vaccin contre le cancer du col de l'utérus

 De nombreuses rumeurs ont été fondées concernant la vaccination et les deux vaccins contre le cancer du col de l’utérus. C’est en février 2007 que la polémique commence au  Etats-Unis d’Amérique qui va par la suite se propager rapidement dans le monde par l’intermédiaire des médias. Les avis sont totalement partagés certains sont totalement contre d’autre y sont favorables mais ont tout de même des préférences sur l’un des deux vaccins.

-Les victimes de cette maladie le conseillent fortement car « se faire opérer est dure et éprouvant ».

-Le Dr Gérard Salama pense que « la prévention est toujours nécessaire ».

-D'autres s’imaginent que le vaccin est seulement un moyen pour les laboratoires GSK (GlaxoSmithKline), Sanofi Pasteur MSD et Merck&Co. de « s’enrichir encore plus » et que cette arrivée soudaine d’un vaccin contre une maladie qu’avant beaucoup ignorait est étrange.

-Le président Tom Fitton du Judicial Watch américain à été jusqu’à qualifier les effets secondaires de « catalogues d’horreurs » et le Dr Bernard Guérin du Masgenêt confirme en déclarant que « les médecins ne disposent pas d’assez de recul sur les effets indésirables ». Les effets secondaires sont sous-estimés voir peu connus et le vaccin n’a pas assez de recul. En effet, aux Etats-Unis d’Amérique il y a eu 9000 effets secondaires, dont le syndrome de Guillain Barré qui agit sur le système nerveux, et 20 décès. De plus il peut être dangereux car il contient de l’aluminium qui a des effets néfastes sur l’organisme et le cerveau.

-Le Dr Bernard Guérin du Masgenêt affirme que « ce vaccin ne protège pas à 100% : vaccinées ou pas, les femmes doivent continuer les frottis ! ». Rappelons qu’il n’est efficace que pour une mince partie de la population : les jeunes filles entre 14 et 23 ans pour les jeunes filles n’ayant pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans l’année suivant leur premier rapport et sur une durée inconnus : « Certains experts parlent d’une protection à vie mais nous ne pouvons pas en être certain » a souligné le Dr Arne Naveke.

-D’après certains données, les vaccins ne seraient pas très efficaces : « on n’atteindrait au bout de 52 ans de vaccination de 85% des jeunes filles de moins de 12 ans qu’une diminution de 10% des cas du cancer du col de l’utérus ». Certains se posent alors la question de savoir si c’est la meilleure façon de consacrer l’argent pour la santé des femmes ?

-Enfin, certaines personnes sont favorables à un seul des deux vaccins, comme le Dr Marc Girard qui est d'avis que la prescription du Gardasil n'est pas fondée. On se demande alors quel vaccin choisir:

.Le suivi de la phase III de Gardasil portent sur trois ans alors que celles de Cervarix portent sur 15 mois.

.Selon l'étude clinique de phase III, si les souches du virus sont déjà installées, le Gardasil augmenterait le risque d'avoir des liaisons pré-cancéreuses. Cependant, il aurait "une réponse forte et très rapide".

.Grâce à l'adjuvent AS04, l'efficacité de Cervarix serait plus longue que celle de Gardasil. Mais, il y a des incertitudes à ce jour sur la tolérance à long terme de cet adjuvent contenu dans ce vaccin.

<<page précédente | page suivante>>

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site